Vainqueur à Aguiléra 18-21, Colomiers a signé un véritable exploit face au Biarritz Olympique.

Le match 

Sur une série de trois victoires consécutives - une première cette saison - le BO comptait sur la réception de Colomiers pour rester dans la course aux phases finales. Il n’en fut rien. Passées dix premières minutes compliquées pour Colomiers, pendant lesquelles le BO dominait sans scorer, les visiteurs se montraient terriblement réalistes en marquant sur leur seconde possession dans les 22 mètres adverses. Weber, très percutant, était à la base et à la conclusion de l’action (0-7, 16e). Profitant de leur supériorité numérique après que Bertrand Guiry ait reçu un carton jaune, les Columérins proposaient un jeu séduisant, debout, à l’image des bonnes initiatives de Deysel et Macovei, mais ne parvenaient pas à accroître l’écart. Surtout qu'une fois revenus au complet, les Basques imposaient leur loi, multipliaient les temps forts près de la zone de marque et pensaient recoller au score à la demi-heure de jeu, mais l’essai de Yohann Artru était refusé pour un en-avant. Celui de Tawalo, servi par une passe sur un pas de Dachary cinq minutes plus tard, était bien valable et l’ailier fidjien récidivait juste avant la pause pour permettre aux siens de prendre les devants pour la première fois de la rencontre (12-7).

 

Dès la reprise, le BO mettait du rythme pour essayer de faire craquer son vis-à-vis. Sans doute que, portés par cette fin de première mi-temps, les joueurs de Matthew Clarkin avaient dans un coin de la tête l’envie d’accrocher une victoire à cinq points pour rester dans la course au Top 6. Pourtant, ils se heurtaient à un mur agressif en place, bien qu’indispicpliné. Conscients que la victoire était loin d’être acquise, les rouge et blanc prenaient les points pour se donner un peu d’air (54e), alors qu’ils ne l’avaient pas fait dix minutes plus tôt (15-7). Mais à l’heure de jeu, Clément Lagain retrouvait un en-but qu’il n’avait plus franchi depuis août 2017 et, par la même occasion, relançait totalement la fin de match (15-14). Lucu, à dix minutes du terme, permettait à son équipe de souffler (18-14), mais dans la foulée, Romain Bézian perçait plein axe et Martin Chiappesoni, après une longue séquence, redonnait l’avantage à Colomiers. Avec la transformation de Fajardo en coin, les visiteurs comptaient trois longueurs d’avance (18-21), il restait alors cinq minutes à jouer. Cinq minutes pendant lesquelles Colomiers résistera sur sa ligne, pour finalement laisser exploser sa joie.

 

L'action du match

 

Doubrère perce, Tawalo conclut. Une minute avant la pause, Filipe Manu met les siens dans l’avancée, en résistant à plusieurs défenseurs Columérins. Gautier Doubrère prend la suite en se faufilant dans un intervalle et le demi-de mêlée du BO est bien relayé par Singer, puis Usarraga. L’action bascule alors grand large et Jarrod Poï, lancé, perce le rideau défensif de l’USC. Il n’a plus alors qu’à servir son ailier Tawalo sur un plateau pour le deuxième essai de son équipe.

 

Le fait du match

 

Tawalo voit rouge à la reprise. Alors que Colomiers vient de se mettre à la faute et que l’arbitre a sifflé, l’énervement monte d’un cran et une échauffourée éclate. Aurélien Béco, à l’origine de l’accrochage, voit jaune. Tawalo, pour un coup-de-poing au visage, écope d’un carton rouge.

 

L'homme du match

 

Romain Bézian. Omniprésent dans le combat, Romain Bézian a été un des grands artisans de la victoire.  Auteur de la percée plein axe à cinq minutes de la fin, qui emmena l’essai de Chiappesoni, le troisième ligne centre de Colomiers a livré une très grosse performance ce soir.

 

Les meilleurs

 

À Biarritz : Nabou, Guiry, Artru, Poï

À Colomiers : Weber, Sheklashvili, Mémain, Bézian, Deysel

 

Pablo Ordas

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter