Le point Pro D2 - Tous les techniciens s’accordent à le dire, journée après journée : ce championnat millésime 2018-2019 est peut-être le plus imprévisible de l’histoire du Pro D2 et cela s’est une nouvelle fois vérifié ce week-end.

Le plus gros exploit est sans doute à mettre au crédit de Biarritz, magnifique vainqueur d’Oyonnax sur la pelouse jusqu’alors imprenable de Charles-Mathon. Les Biarrots ont profité de l’occasion pour infliger aux Oyomen leur première défaite de la saison dans leur antre tout en glanant de leur côté leur premier succès loin de leur base. Un succès fondateur et précieux, qui doit lancer la suite de la saison biarrote en renforçant ses ambitions de top 6.

Plus bas au classement, cela va toujours aussi mal pour Massy. Les Essonniens ont enregistré leur cinquième défaite de la saison à domicile et demeurent plus que jamais lanterne rouge. Cette fois-ci, ce sont les Aurillacois qui sont venus faire tomber le vénérable stade Jules-Ladoumègue. Tout en s’adjugeant un point de bonus offensif, ils relèguent les Massicois à six points de la quatorzième place, tenue par Colomiers, premier maintenu au soir de cette treizième journée. Les Columérins, battus d’un point à Soyaux-Angoulême, devront impérativement endiguer leur chute vendredi à l’occasion de la réception de Bayonne. Malheureusement pour la Colombe, les ambitions de qualification affichées en début de saison paraissent désormais bien lointaines et, pour le moment, le seul impératif est de prendre des points pour assurer la survie du club en Pro D2.

Du côté des très bons élèves, tout va pour le mieux pour Bayonne, Mont-de-Marsan et Nevers, respectivement tombeurs de Vannes, Brive et Carcassonne. Même s’ils ont mis du temps à ramener Carcassonne à la raison, les Neversois ont fini par faire exploser les Audois, s’offrant un précieux bonus offensif. Les hommes de Xavier Péméja terminent cette journée sur la plus haute marche du podium, talonnés à trois points par ses deux dauphins montois et bayonnais. Le chassé-croisé n’est pas près d’avoir livré son verdict dans une compétition plus passionnante que jamais.

Par David Bourniquel.

 

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter