Aayonne - Après le plus mauvais match de la saison, la victoire face à Nevers, l’un des poids lourds de la division, s’avérait indispensable. Fait à défaut d’être parfait.

Oublié le derby ! Ou plutôt, la nuance est d’importance pour le staff, le mauvais match de la semaine passée. Pas de considération d’après derby donc, mais la constatation d’une franche amélioration même si bien des points sont encore en chantier. La reconstruction, avait averti Yannick Bru, en début de saison, serait longue. On y est. Mais cette victoire remet tout de même les bayonnais dans la boucle alors que leur crédit aurait pu se consommer après la défaite à Aguilera. Alors Joël Rey verra du positif, toutefois mesuré, après avoir fait mettre le genou à terre à des nivernais ambitieux. "Contre Biarritz, précise-t-il, on avait perdu 28 ballons. On s’est un peu amélioré. Mais il ne faut pas se mentir, Nevers est une équipe solide, avec une grosse densité physique. Il n’y a pas d’équipe facile et Nevers en est vraiment une de haut niveau." Pour cette dernière raison aussi, les basques se sont partiellement rassurés. Et ont retrouvé un peu de ce qui faisait leur force en ce début de saison. Il leur faut maintenant renouer avec cette espèce d’inconscience qui les faisait avancer sans crainte. "C’est vrai qu’en début de saison, continue l’entraîneur des avants, on ne se posait jamais de questions. On jouait les matchs à fond, ce qui nous rendait dangereux. Il faut retrouver cette générosité qui faisait notre force. Heureusement, cette confiance qui a été entamée depuis le match de Biarritz revient. Déjà les quatre points nous font du bien."

Propos corroborés par l’un des combattants du jour, homme expérimenté dont le vécu peut être utile dans ces périodes de flottement. "On a pris un gros coup de carafe après le derby et on en était très déçu, avoue Abdel Boutaty. Le match de Biarritz a été gommé avec cette victoire. Il fallait se relever et désormais avancer. On savait que ce serait très dur. Il faut retenir ces quatre points, précieux dans ce marathon de la ProD2. On pourra compter sur nous cette saison."

Sur le chemin de la reconquête, les Bayonnais mesurent aussi la distance qui les sépare d’un jeu mieux maîtrisé. L’efficacité, absente lors du match à Biarritz, revient peu à peu, certes, mais n’est pas encore celle qui fait le fondement des meilleures équipes.

Le match à Carcassonne, formation de haut de tableau, permettra à Bayonne de s’étalonner à nouveau. 

Par Edmond Lataillade

 

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter