Porté par un Toby Arnold renversant, le LOU s’est imposé sur le fil à Toulouse 27 à 20. Une victoire qui leur permet de prendre la 6ème place du championnat et trois points d’avance sur Castres et La Rochelle. Toulouse rate de son côté une belle opportunité de prendre la seconde place du Top 14.

Le résumé 

Longtemps, le match a semblé échapper aux Lyonnais. Pourtant, les coéquipiers de Frédéric Michalak, qui effectuait son dernier match à Ernest Wallon, ont tout de suite mis la main sur le ballon en occupant le camp du Stade toulousain. Mais en face, la défense toulousaine veillait pour mieux contrer. D’une grande efficacité, Toulouse venait seulement deux fois dans les 22 mètres adverses pour en ressortir à chaque fois avec un essai. D’abord à la 8ème minute avec l'essai de Yoann Huget à la suite d’une passe au pied rasante de son ouvreur qui venait conclure une énorme séquence de 16 temps de jeu des avants toulousains. Puis avec un essai tout en puissance du pilier Cyril Baille à la 30ème minute. Réalistes et impressionnants en défense, les joueurs d’Ugo Mola profitaient des errements des Lyonnais en conquête pour mener 14 à 3 à la mi-temps. 

Après un premier acte haletant, le rythme retombait clairement au retour des vestiaires. Les Toulousains n’arrivaient pas à tuer le match et laissaient au LOU la possibilité de revenir. Qui n’allait pas se priver pour la saisir quelques minutes plus tard, sous l’impulsion d’un Toby Arnold en feu. En deux actions, l’ailier lyonnais remettait son équipe dans le match. Un essai personnel après une magnifique course puis un caviar à son coéquipier Armitage. Lyon était de retour et prenait pour la première fois du match les devants (17-14). Si la botte de Ramos faisait passer le Stade toulousain en tête, Arnold allait une nouvelle fois se montrer à son avantage pour sceller la victoire du LOU. À trois minutes du terme, il était auteur d’une superbe percée de 30 mètres. Le jeu rebondissait dans les 22 mètres et sur le renversement, l’ailier servait Armitage sur un plateau pour un essai sous les poteaux. Une magnifique victoire symbolisée par une seconde période de haute volée de la part des Lyonnais qui leur permet de revenir dans le Top 6 et de mettre les Rochelais et les Castrais à trois points. Pour Toulouse, cette déconvenue à domicile arrive au mauvais moment alors que l’équipe d’Ugo Mola avait l’opportunité de prendre la deuxième place du classement… 

Le tournant du match : Lyon fait basculer le match en 2 minutes

Toujours dans le match mais n’arrivant pas à franchir le rideau toulousain, l’attaque lyonnaise est restée muette pendant une heure. Devant l’incapacité de son équipe à franchir, Toby Arnold allait se réveiller et mettre le feu dans la défense toulousaine. Sur une touche, enfin gagnée par l’alignement lyonnais, Harris servait à son intérieur son ailier qui arrivait lancé et prenait à défaut toute l’arrière garde toulousaine. Deux minutes plus tard, le Lyonnais était une nouvelle fois à l’origine de l’action. Parfaitement décalé sur son aile droite, il décidait de repiquer à l’intérieur et prenait l’intervalle sur 30 mètres. Repris in-extremis par Holmes, il mettait Armitage sur orbite avec une passe magnifique en passant au sol. Pour la première fois du match, Lyon prenait les devants et relançait complètement la rencontre. 

L’essai : Armitage donne la victoire à Lyon 

À quelques minutes de la fin du match, les deux équipes étaient toujours dos à dos (20-20). Le banc lyonnais semblait pourtant faire la différence et le LOU finissait mieux le match. À l’initiative dans son camp, l’équipe de Pierre Mignoni décidait alors de jouer tous les ballons. Toby Arnold, encore lui, se proposait au centre du terrain et résistait au plaquage adverse. 30 mètres plus loin, l’ailier néo-zélandais transmettait le ballon à son centre Regard le long de la ligne de touche. Le jeu pouvait alors rebondir et Toby Arnold décalait parfaitement Armitage sous les poteaux, pour l’essai de la victoire (27-20). 

Le joueur : Toby Arnold avait du feu dans les jambes 

Le LOU peut remercier son ailier ! Sans lui, jamais Lyon ne serait revenu dans le match. Décisif sur les trois essais de son équipe, il a sonné la révolte alors que son équipe semblait se diriger vers la défaite. Sa capacité à faire des différences grâce à sa vitesse incroyable a fait très mal à la défense toulousaine. S’il n’a pas été très en vue dans le premier acte, il s’est métamorphosé en deuxième période et a été le grand artisan de l’exploit de son équipe en terre toulousaine. 

Les meilleurs 

À Toulouse : Ramos, Baille, Marchand À Lyon : Arnold, Armitage, Lambey, Gill

Par Paul Arnould 

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter