Le Pays de Galles a décroché un succès bonifié (38-14) face à l’Italie au Principality Stadium mais les joueurs de Warren Gatland n’ont pas vraiment marqué de leur empreinte cette rencontre. Et ce à une semaine d’une confrontation face au XV de France à Cardiff.

Avec 11 changements dans son XV de départ, le sélectionneur gallois avait clairement fait le choix de garder de la fraicheur pour le dernier rendez-vous de cette édition 2018 du Tournoi et cela s’est ressenti dans le contenu de la prestation de son équipe. Le XV du Poireau a manqué d’automatismes et de repères et n’a pas vraiment réussi à dérouler son jeu. Seulement par à-coups, face à une Squadra Azzurra comme souvent intéressante par moments mais qui a craqué sur le plan physique, très rapidement au retour des vestiaires.

C’est finalement lors de ses entames de périodes que le Pays de Galles a vraiment eu le bon état d’esprit et la bonne attitude. Des essais de Hadleigh Parkes (4’) et George North (6’) sur les deux premiers mouvements de la rencontre, ainsi que la conclusion de Cory Hill au retour des vestiaires (43’) ont probablement traduit par des actes les mots du sélectionneur. La suite, beaucoup de trop de maladresses et d’imprécisions. Un jeu brouillon marqué aussi par les cartons évitables à l’encontre de Liam Williams (40’+2) et Gareth Davies (49’).

Un bonus et une place de dauphin

Néanmoins, les Gallois décrochent un point de bonus offensif qui leur permet de se positionner en dauphin de l’Irlande avant la dernière journée et la réception de la France. Le doublé de North (66’) et la réalisation de Justin Tipuric (71’) ont fini par libérer le stade, mais ce n’est pas forcément une copie qui permet d’engendrer de la confiance. La faute tout de même à des Italiens qui ont eu des largesses défensives, mais qui n’ont pas hésité à envoyer du jeu, à l’image de leur arrière Matteo Minozzi plus que dynamique et entreprenant.

L’Italie a eu la main mise sur le ballon 61% du temps dans le premier acte, marquant notamment un essai par le joueur des Zebre dont on vient de dire le plus grand bien (10’). Et elle a retrouvé la faille sur le final avec Mattia Bellini (76’). Un léger manque de pragmatisme a ensuite empêché l’équipe de Conor O’Shea de semer plus de doutes dans les esprits adverses et c’est donc une quatrième défaite en autant de sorties dans ce Tournoi. Avant de retrouver l’Ecosse, la troisième cuillère de bois consécutive pend au nez des Italiens.

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter