Battu à Angoulême lors de la journée précédente, le RC Vannes a en quelque sorte remis les pendules à l’heure. Doublement à l’heure même, puisqu’il y avait une petite frustration d’un match aller perdu contre le cours que jeu qu’il convenait de dissiper.

LE RÉSUMÉ :

Battu à Angoulême lors de la journée précédente, le RC Vannes a en quelque sorte remis les pendules à l’heure. Doublement à l’heure même, puisqu’il y avait une petite frustration d’un match aller perdu contre le cours que jeu qu’il convenait de dissiper. Curieusement, le RCV fut bien transparent lors du premier quart d’heure, privé il est vrai de ballons, mais superbe de détermination lorsqu’il s’est agit de défendre la forteresse. Les Bretons sont ainsi pu revenir peu à peu dans le jeu et aller à Dame deux fois (Vola 15e) et Vosawaï (25e) pour débarquer à la pause avec un 14-0 qui, quelque part, était un peu flatteur. Le scénario de la seconde période fut quasi identique avec une domination territoriale des vannetais qui ponctuaient leur emprise sur le jeu par un troisième essai peu après l’heure de jeu de Duplenne. Seul point noir de la soirée, la perte du bonus offensif dans le temps additionnel, atténuée toutefois par le fait que la quasi totalité des autres résultats de la soirée étaient favorables aux Bretons.

LE FAIT DU MATCH :

C’est évidemment la perte du bonus offensif à la dernière seconde de la rencontre et ce alors même que le RCV a une pénalité en sa faveur à la 79e minute. Mais Moeké joue la pénal-touche… perdue sur la remise en jeu ! Et c’est sur la contre attaque que Massy par Acosta vient trouver la terre promise sur un des rares temps forts de l’équipe francilienne en seconde période. On observera que seul l’arbitre écossais M. Blain aura validé cet essai, une vision que l’ont pas partagé ses assesseurs de la touche et de l’en-but. 

L’ACTION :

On l’accordera à Gwénaël Duplenne sur le troisième essai des vannetais peu après l’heure de jeu. Un classique du genre avec un aboutissement en bout de ligne pour l’ailier vannetais qui offre à ce moment là le bonus offensif à son équipe. On connait la suite… 

L’HOMME DU MATCH :

Ecarté des terrains pendant plusieurs mois, en raison d’une blessure sérieuse au genou ayant nécessité une intervention chirurgicale, le fidjien Laïjasa Boléinavalu est revenu dernièrement à la compétition. « Il est monstrueux aux entraînements » avait dit de lui son entraîneur Jean-Noël Spitzer dernièrement. Le fait est qu’il a écrasé de sa classe ce match en étant de tous les combats. Il aura été de ce fait l’homme du match, même si un garçon comme Jérémie Abiven ou encore Andrew Cramond auraient mérité tout autant de l’être. 

LES MEILLEURS JOUEURS :

VANNES : Vola, Boléinavalu, Abiven, Cramond, Pic, Bouthier, MASSY : Dessassis, Madigan, Ancely, Abadie

Par Didier Le Pallec

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter