Le jeune ouvreur aurillacois aura fait plié à lui seul les Charentais (21-7) dans un match plutôt fermé et peu enclin aux largesses.

Les Aurillacois savaient que ce match était déterminant. Ils attaquent d'ailleurs la rencontre pied au plancher, histoire de bien mettre la pression. Une domination sans partage durant un gros quart d'heure que le pied de Joris Segonds va bonifier par deux fois (6-0, 13e). Et puis Soyaux-Angoulême sort le bout de son nez pour mettre une première fois le pied dans le camp aurillacois. Sur chaque faute locale, le choix est délibéré d'aller en touche en se rapprochant de l'en-but aurillacois. Mais le SA XV ne parviendra pas à claquer l'essai sur ballon porté tant recherché. Au contraire, c'est Segonds qui va rajouter trois points à la 25e. Aurillac en remet une couche en flirtant avec la ligne d'en-but adverse. À raison quand Poences prend un jaune sur mêlée... et puis rideau. En supériorité, Aurillac va alors perdre son rugby et son plan de jeu. Soyaux-Angoulême en profite pour mettre la pression. Maïtuku voit jaune à Aurillac et le SA XV va en profiter pour planter un essai peu après la sirène par Salawa (9-7 à la mi-temps).

Au retour des vestiaires, les Aurillacois laissaient passer l'orage. Toujours en infériorité numérique, ils subissent sans pour autant rompre. Une grosse défense autour d'un Paul Boisset retrouvé dans le grattage. Et derrière, c'est le « môme » qui va se charger d'éteindre tous les espoirs charentais. Auteur d'un sans faute, et voyant que cela ne passerait pas par le large ce soir, Joris Segonds va enquiller toutes ses tentatives. Sans pression, à gauche à droite, il va rajouter 12 points de plus. Ce sera tout car côté jeu, on s'est un peu ennuyé vendredi soir à Aurillac. Il faisait froid. On va dire que cela vient de là. Victoire 21 à 7. Rien de plus

L'essai du match :

La sirène vient de retentir. Soyaux-Angoulême est sur les cinq mètres depuis n bon moment et tente d'enfoncer le clou pour revenir au score (Aurillac mène alors 9 à 0). Les Charentais saisissent leur chance lorsque Maïtuku se fait prier d'aller se reposer sur le banc pour avoir volontairement écroulé un maul. Derrière, deux temps de jeu pour envoyer Salawa claquer le seul essai de la rencontre complètement en coin.

L'homme du match : Joris Segonds

On aura vu que lui et son pied vendredi soir. Auteur d'un 100 %, il a porté le Stade aurillacois à lui tout seul. Des réussites des 22 mètres à gauche comme à droite, comme des 50 mètres qui ne lui ont posé aucun problème. Sept tentatives pour autant de succès. Il a battu à lui seul le SA XV.

Par Jean-Marc Authié

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter