Le club de Pont-Audemer fêtera ses cinquante années d’existence en 2018, et pour cet anniversaire du demi-siècle, ses anciens se sont mis en quatre.

Ils viennent juste d’officialiser leur programme, la semaine dernière. « Y en avait marre des buffets. On a voulu se marrer et voir les choses en grand », explique Marcel Senioris, dirigeant de soixante-six ans, un pionnier parmi les fidèles, quarante-neuf ans de club derrière lui, ancien joueur, ancien entraîneur, ancien président, et qui le 10 avril 1988, jour de match de la montée en Fédérale 2 disputée à Royan, exclusivement concerné par le plan de jeu, du répondre du crime de lèse-majesté devant le tribunal familial, pour avoir oublié l’anniversaire de son jeune fils. Toutes les anecdotes, toutes les histoires, les échecs et les réussites, seront contés au cours des festivités, que le comité des fêtes a programmé sur huit mois, depuis le top départ en janvier 2018, quand sera publié le nouveau site internet du club, jusqu’au mois de septembre, quand le golf des cinquante ans fera la clôture. Entre ces deux moments, les « papys fêtards » ont décidé qu’il y aurait un grand flash mob, une pièce de théâtre, une exposition de photo… et le buffet.

Un récit à l’Eclat

Tous les licenciés retraités qui ont connu les vieilles années se sont réunis pendant deux ans pour faire de cet anniversaire un évènement monstrueux à zéro centime, qui ne sera porté que par leur engagement et ceux qui les soutiennent. Les « théâtreux » de la commission des planches, éparpillés à Bordeaux ou à Caen, profitant des réunions familiales des fêtes de fin d’année, se réuniront pour répéter « des fous rires et des hommes », leur spectacle créé pour l’occasion. Au mois de mai, tous les enfants de l’école de rugby se rendront à l’Eclat, le théâtre de Pont-Audemer, entendre leur récit de ce qui est leur club. Didier Mouchel, commissaire d’exposition photo aux rencontres d’Arles, et son frère Philippe, artiste photographe, organiseront une grande exposition à la médiathèque. Depuis deux ans imaginant leur programme, partant dans des délires de propositions effacées depuis, autour des dirigeants Laeticia Delafosse, Myriam Leconte, Manu Mordant, et Marcel Senioris, ce comité des fêtes des anciens qui voient la vie en grand, réserve médiathèque, théâtre, et joue des coudes chez les commerçants, pour rendre la ville en rouge et bleu dans une multitude de moments rassembleurs et créateur de lien. Ce sera quand le buffet ? « Le 20 mai, le jour du grand rassemblement, et il y aura 500 personnes, dit Marcel Senioris. Vous savez, notre club s’est construit sur des liens de camaraderie très forts, à une époque où on ne venait pas au rugby comme dans une salle de sport. Nous sommes marqués par la phrase de Jean-Pierre Rives, qui dit que « le rugby est une histoire d’homme autour d’un ballon, et que lorsque le jeu s’arrête, il reste les hommes. » Cette pensée sera déclinée durant toutes nos festivités. »

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter