Demi-finaliste la saison dernière, finaliste il y a deux ans, le Stade Montois a effectué un recrutement ciblé pour parvenir à continuer à jouer le haut du tableau.

ARRIÈRES > Ximun Lucu parti, Yoann Laousse Azpiazu, mis en confiance par sa fin de saison, devrait être le premier choix du staff. Rapide, joueur et relanceur, capable de buter, son profil s’inscrit parfaitement dans le rugby prôné par Christophe Laussucq. Mais l’ancien Dacquois sera sous pression. Doté d’un profil similaire, Paul Couet-Lannes, le Biarrot, arrive avec les dents longues, suite à une saison manquée avec les Basques, et compte bien se relancer. Il sera un concurrent dangereux. Danré Gerber, le polyvalent, offre pour sa part un style plus classique, mais son jeu au pied long et puissant pourra être utile dans certaines circonstances.

AILIERS > Voilà un poste très bien pourvu. Avec Julien Cabannes, le créatif qui aime se proposer un peu partout sur le terrain, et Vilikisa Salawa, le pur finisseur, les Montois possèdent un des plus beaux duos d’ailiers du championnat. Si on y ajoute Ropate Ratu, centre-ailier polyvalent, et le nouveau venu fidjien Nakani Wakaya, puissant et rapide, il devrait y avoir le feu aux extrémités du terrain. Yohann Laousse Azpiazu, de préférence arrière, peut tenir ce poste aisément. Quant à Dorian Laborde, un des grands espoirs du club, il aura sûrement l’occasion de faire parler ses qualités.

CENTRES > Malgré le départ d’Adriu Delaï, il reste du très beau monde. Savenaca Tokula, auteur d’une fin de saison impressionnante, sera le pilier du centre du terrain. Son compatriote Saimoni Nabaro semble se situer dans le même profil de perforateur. Baptiste Chedal Bornu sera le troisième physique du milieu de terrain, dès qu’il aura totalement récupéré de sa blessure à un genou. Il devrait revenir plein d’envie. Ces trois-là seront épaulés par Sylvain Mirande qui, avec sa science du jeu, son expérience et son pied gauche offre beaucoup de garanties, et par Ropate Ratu, replacé au centre l’an dernier et auteur à ce poste d’une très belle saison, mais qui manquera le départ pour cause de blessure. L’ex-Biterrois Danré Gerber vient compléter la liste. Sa puissance et ses qualités de buteur en feront un atout supplémentaire selon les circonstances. Les jeunes Dorian Laborde et Jérémy Russel, polyvalents, se tiendront prêts.

OUVREURS > Matthew James et Clément Otazo sont deux valeurs sûres, portées vers le jeu offensif. Ils se partageront le poste comme l’an passé. Le premier a pour lui l’antériorité dans le club et une incroyable énergie qui en fait un leader naturel, et c’est aussi un buteur potentiel. Le second, après un début de saison mitigé, a montré ensuite l’étendue de son talent. Deux ouvreurs de classe qui seront épaulés par le jeune Jérémy Russel, encore au centre de formation, et par Danré Gerber, le couteau suisse du recrutement estival.

DEMIS DE MÊLÉE > Agustin Ormaechea est revenu à son meilleur niveau. Il devrait être le titulaire tant que Christophe Loustalot, le Grenoblois, ne sera pas totalement remis de sa blessure contractée à Pau en mai dernier. Mais l’ex-Bayonnais a l’avantage de buter, atout non négligeable pour remplacer dans cet exercice Emmanuel Saubusse parti à Bayonne. La concurrence sera donc rude. Mathieu Billou, issu du centre de formation, sera le troisième larron et devrait réussir à grappiller du temps de jeu.

NUMÉROS 8 > Il y a d’abord Haisini Taulanga, un des cadres de l’équipe et un redoutable impact-player. C’est le choix numéro un. Derrière lui, Charles Malet, malheureux l’an passé, voudra faire oublier une saison quasiment blanche dûe à une sérieuse blessure à la cheville. Il devra batailler avec Dan Malafosse, le grand gaillard de Soyaux-Angoulême, qui vient pour franchir un cap. Beka Gorgadze, la grande révélation de la saison dernière, encore sous contrat espoirs, a prouvé l’an passé l’étendue de son talent à ce poste et fera jouer une forte concurrence.

TROISIÈME LIGNE AILES > Le capitaine Julien Tastet et son double Yann Brethous sont toujours là, et ils seront difficiles à détrôner, tant leur influence et leur complémentarité sont importantes dans le système mis en œuvre par Christophe Laussucq et David Auradou. Mais les saisons sont longues, et à ce poste, il faut pouvoir souffler pour garder de la fraîcheur. C’est pourquoi le staff est allé chercher Nicolas Garrault à Tarbes. Un profil plus puissant qui pourrait s’avérer utile dans certaines conditions. Et puis il y a Beka Gorgadze, le phénomène géorgien de 20 ans, qui en quelques semaines la saison dernière s’est fait une place dans le groupe par son abattage et ses qualités techniques. Bastien Berenguel, un autre espoir de talent, aura de nouveau l’occasion de montrer son potentiel.

DEUXIÈME LIGNE > Deux arrivées pour compenser les départs de Masalosalo Tutaia, la poutre du pack montois, et de Vickus Liebenberg. C’est en Afrique du Sud que le staff est allé chercher Philip Du Preez et Schalk Oloefse. La certitude d’avoir deux guerriers dans le moteur et de pouvoir voyager dans les conditions les plus difficiles. Ils épauleront Lionel Dargier, le taulier, d’une régularité de métronome, et Thibaut Rey, un peu timide l’an passé et dont on attend qu’il révèle tout son potentiel. Dan Malafosse, de préférence numéro 8 mais souvent utilisé à ce poste à Soyaux-Angoulême, sera une solution supplémentaire pour apporter de la densité.

PILIERS > À droite, l’inoxydable Sébastien Ormaechea sera comme d’habitude l’homme de base. Il sera épaulé par Régis Rameau, blessé une partie de la saison dernière, une valeur sûre qui ne déçoit jamais. Le duo sera complété par Jeronimo Negrotto, l’ex-Tarbais, auteur d’excellentes performances en Bigorre. Le côté gauche ne sera pas mal non plus. Carlos Muzzio a été récompensé de son excellente saison par une sélection avec les Pumas. Il a franchi un cap et acquis une expérience qui devrait le positionner comme le premier choix. Mais Rémy Hugues s’est aussi relancé l’an dernier en terminant la saison en boulet de canon et voudra s’imposer. Julian Fiorini, si les blessures le laissent tranquille, se mêlera à la lutte. Théo Castinel, encore espoirs, et Christophe David, le jeune Catalan, auront leur mot à dire grâce à leur polyvalence.

TALONNEURS > Stabilité à ce poste. Joan Caudullo sera le numéro un tant son influence est grande. Ses qualités de lanceur, son état d’esprit irréprochable et sa personnalité tirent tout le monde vers le haut. Il sera épaulé comme l’an passé par Paula Ngauamo, qui a bien fini la saison passée après des débuts timides, et Cyriel Blanchard, un des historiques du club. La nouveauté vient de l’arrivée du Perpignanais Christophe David, qui couvre tous les postes en première ligne.

Par Pierre Baylet

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter