L’Irlande était annoncé comme étant la bête noire des françaises mais elles ont su la dompter et remporter la rencontre. Jean-Michel Gonzalez l’entraîneur et Gaëlle Mignot la capitaine reviennent pour nous sur cette deuxième victoire du Tournoi.

Quel est votre sentiment après cette victoire, avez-vous un commentaire sur la prestation de votre équipe ?

Gaëlle Mignot : Forcément on est satisfaite de la victoire, c’est jamais facile de gagner les Irlandaises. Je pense que ce qui comptait pour nous c’est d’avoir des certitudes sur notre groupe et je pense que là on les a. C’est sûr que défensivement on a été présente, on n’a pas prit d’essai. Après forcément il y a des erreurs à gommer, on fait pas mal de fautes qui auraient pu nous coûter très chères. On a eu quelques soucis en conquête surtout au niveau de la touche où on s’est fait contrer. Ça, c’est des détails qu’il va falloir régler et continuer à travailler. Mais forcément ce soir on sort avec le sourire oui.

Jean-Michel Gonzalez : On est en dents de scie au niveau de la conquête. Après c’est vrai que la première mi-temps a été accompli avec deux essais marqués. La seconde mi-temps a été plus laborieuse, on a perdu des ballons en touche, les Irlandaises ont été rugueuses, compliqués à manœuvrer. Après on rate une ou deux occasions d’essai où on doit scorer… Ça, c’est notre travail à nous les coachs, il faut continuer à travailler et à faire avancer l’équipe. Aujourd’hui on est tombé sur une grosse équipe irlandaise, on avait à cœur de vraiment relever le défi et de les faire reculer. Je crois que c’est ce qui s’est passé pendant 80 minutes.

Deux matchs, deux victoires... tout va bien ?

Gaëlle Mignot : Oui pour l’instant tout va bien, on s’était dit de prendre match après match, là c’était le deuxième. Tout le monde à fait le travaille de la une à le vingt-trois. Et c’est ce qui compte ce soir. Ce match, il est fait. Maintenant on va repartir chez nous, on va récupérer puis un groupe va être annoncé pour préparer le Pays de Galles. Et on s’y mettra direct.

Jean-Michel Gonzalez : Oui oui le compte est bon, deux matchs deux victoires. Contre l’Italie on a vu de belle chose mais on manquait de finition. Aujourd’hui on a un peu failli en conquête mais on leur a, nous aussi, posé des problèmes donc ça a été du 50/50. Il faut continuer à travailler, les filles vont récupérer après le gros match d’aujourd’hui. On rejoue dans quinze jours au Pays de Galles, ça va être un bon match. Il faut que Philippe et moi on rectifie ce qui n’a pas été bon pour être encore meilleur.

Il y avait beaucoup d’ambiance au stade Aimé Giral, cela vous a aidé ?

Gaëlle Mignot : Oui ! C’est quelque chose de fabuleux, toute la semaine on a entendu les personnes qui nous ont accueillis nous dire qu’ils allaient faire un gros événement et je pense qu’ils ne nous ont pas menti. Ce soir le stade était plein, les gens nous ont poussés, on a entendu chanter la Marseillaise avec nous, c’est des moments fabuleux que l’on n’a pas l’habitude de vivre. Bien sûr que c’est agréable, il y a des petites jeunes qui fêtaient leur deuxième sélection et je pense que ce soir elles ont vraiment eu un avant-goût de ce qui est en train de se passer dans le rugby féminin et ça, c’est génial.

Vous venez de battre les vainqueurs du Tournoi 2015, on peut dire maintenant que vous êtes les favoris ?

Jean-Michel Gonzalez : Favoris non, on a que deux victoires. Il reste encore trois matchs à jouer, comme a dit Gaëlle on avance petit à petit. Tout doucement on construit notre équipe, on construit notre avenir pour justement être présente en 2017 à la coupe du Monde. Il y a des étapes importantes et le Tournoi 2016 en est une pour nous. Mais aussi pour les joueuses, pour qu’elles puissent nous montrer qu’elles méritent d’être dans ce groupe France. On a vu aujourd’hui des filles qui étaient très solidaires, engagées pour jouer sous ce maillot-là. Je crois que c’est très important, pour nous le message est fort et clair.

Midi Olympique

Le journal du rugby depuis 85 ans.
Midi Olympique vous attend en kiosque chaque lundi et chaque vendredi, ici sur le web et sur Twitter